APPEL À PROJETS POUR LA PRÉVENTION ET LA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES AU TRAVAIL

Le Ministère de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’Egalité des chances lance un appel à projets pour prévenir et lutter contre les violences sexistes et sexuelles au travail.

Cet Appel à projets souhaite contribuer à la mobilisation et la coordination des acteurs.rices régionaux.ales et nationaux.ales dans la mise en œuvre d’actions concrètes pour prévenir et lutter contre toutes les violences sexistes et sexuelles sur le lieu du travail.

Doté de 700 000 euros, cet appel à projets vise à soutenir des projets s’adressant aux acteurs clés du monde du travail et aux victimes de VSST. Les projets qui seront retenus par le ministère devront porter sur l’un ou plusieurs des volets listés ci-dessous :

  • La prise en charge et l’information des victimes de violences sexistes et sexuelles au travail par la mise en place de dispositifs d’accueil ou d’accompagnement ;
  • La sensibilisation des acteurs concernés – collectifs de travail, syndicats, services de prévention etc. – sur les VSST et les droits des victimes ;
  • La formation des acteurs concernés – notamment dans les services de prévention et d’inspection du travail – à un meilleur repérage et une meilleure prise en charge des personnes victimes de VSST.

Cet appel est ouvert aux personnes morales à but non lucratif (associations régies par la loi de 1901, partenaires sociaux, fondations, établissements publics, etc.…). Les candidatures sont ouvertes du 13 septembre au 10 octobre 2022.

Vous retrouverez toutes les informations relatives à cet AAP, via le lien ci-dessous :

Lancement d’un appel à projets pour la prévention et la lutte contre les violences sexistes et sexuelles au travail – Ministère chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances (egalite-femmes-hommes.gouv.fr).

Deux appels à projets pour lutter contre la Prostitution des mineurs viennent de paraître

Afin de lutter contre le nombre en constante augmentation de mineurs en situation de prostitution en France, le Secrétaire d’Etat chargé de l’enfance et des familles, a lancé en novembre 2021 un premier plan national de lutte contre la prostitution des mineurs. Donnant suite aux nombreuses alertes portées en autre par de nombreux.ses adhérent.e.s de la Fédération des acteurs de la solidarité, ce plan se donne pour objectif d’agir en faveur de la prévention de l’exploitation sexuelle des mineurs, d’améliorer l’identification et le repérage des enfants victimes de situations de prostitution, de proposer un accompagnement spécialisé et adapté pour une reconstruction de leur parcours de vie et d’améliorer les politiques publiques de répression des clients et des proxénètes.

 

Ces deux appels à projets entendent répondre aux priorités exposées pour lutter contre la prostitution des mineurs :

 

Vous retrouverez via les liens ci-dessous la présentation des deux appels à projets et leurs cahiers des charges 

AAP Déploiement de maraudes numériques, pour garantir sur tout le territoire national un “aller vers” pour les mineurs en situation prostitutionnelle

Ce présent appel à projet s’inscrit dans une logique de déploiement ou de renforcement de projets de maraudes numériques, pour garantir sur tout le territoire un “aller-vers” les mineurs en situation de prostitution, les repérer et les orienter vers les services partenaires compétents.

 

AAP: Déploiement de structures spécialisées dans la prévention, le repérage et l’accompagnement des situations de prostitution des mineur.e.s

Le présent appel à projet s’inscrit dans une logique de déploiement ou de renforcement de structures spécialisées dans la prévention, le repérage et l’accompagnement autour des situations de prostitution de mineurs.

 

Conditions de financement:

L’appel à projets, d’un montant total de 1,2 M€, vise à apporter un soutien financier à des projets, sous la forme d’une subvention annuelle non reconductible. La mise en œuvre de ces projets devra débuter en 2022

Les projets ne pourront pas être exclusivement financés par le ministère en charge de l’enfance. Le budget soumis dans le dossier de candidature devra faire apparaître des co-financements (collectivités, autofinancements, autres financements de l’État) à hauteur d’au moins 10% du projet et le montant sollicité ne pourra dépasser 100 000€.

Date limite du dépôt de dossier de candidature : 15 septembre 2022.

Le dossier de candidature doit être exclusivement transmis sur la plateforme “démarches-simplifiées”

https://www.demarches-simplifiees.fr/commencer/appel-a-projets-2022-pour-le-deploiement-de-structures-specialisees-dans-la-prevention-le-reperage-et-l-accompagnement-des-situations-de-prostitution-de-mineurs

Le comité de sélection se réunira en octobre 2022

Pour toutes questions, vous pouvez les adresser à l’adresse au :

Le secrétariat d’État à l’Enfance

Par délégation à la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS)

Sous-direction de l’enfance et de la famille Bureau de la protection de l’enfance et de l’adolescence

DGCS-PROTECTION-ENFANCE@social.gouv.fr

 

VALORISONS LES MÉTIERS DU SOCIAL : LA MOBILISATION DES ASSOCIATIONS À PARIS ET MARSEILLE !

Journée Viellissement et Précarité

Dernière ligne droite avant la journée vieillissement et précarité organisée par la Fédération et la FEHAP le 5 décembre ! Inscrivez-vous !

 

Lundi prochain se tiendra la journée nationale vieillissement et précarité, de 14h à 18h à Paris. Elle fait suite à la construction d’un positionnement commun sur les enjeux d’accompagnement du vieillissement des personnes en situation de précarité.

Au programme de la journée :

Présentation du plaidoyer interfédéral par :

  • Pascal Brice, président de la Fédération des acteurs de la solidarité
  • Jean-Christian Sovrano, directeur de l’Autonomie et des Parcours de vie, Fédération des Établissements Hospitalier et d’Aide à la Personne (FEHAP)

Table ronde institutionnelle : Quelle politique publique en direction des personnes précaires vieillissantes ?

  • Isabelle Chabin-Gibert, responsable département Grande Précarité – PRAPS, direction de la santé publique, Agence Régionale (ARS) Ile de France
  • Clotilde Hoppe, chargée de mission santé, FAS Ile de France
  • Autre intervention (sous réserve)

Table ronde adhérents : Comment mieux accompagner les personnes en situation de précarité vieillissantes dans les dispositifs de l’AHI et vers et dans les dispositifs médico-sociaux spécialisés ?

  • Elodie Hirchi, adjointe de direction, Société Dijonnaise de l’assistance par le Travail (SDAT)
  • Thomas Baude, Responsable de la mission interface du Samu Social de Paris
  • Pascal Bruneau, Chargé de mission, Plateforme VIP portée par le relais Ozanam
  • Dominique Calonne, Délégué au Conseil Régional des Personnes Accueillis (CRPA) Hauts de France et au Conseil National des Personnes Accueillies (CNPA)

Clôture de la journée par Jean-Benoît Dujol, Directeur Général de la Cohésion Sociale (DGCS)

  • Pour vous inscrire c’est ici

Cette journée est ouverte aux établissements et associations adhérentes à nos deux fédérations mais également aux partenaires ainsi qu’aux personnes accompagnées et concernées. Cette journée a aussi pour objectif de permettre à nos réseaux de poursuivre notre travail de représentation, d’appui et d’accompagnement des associations et des établissements en lançant une feuille de route répondant aux attentes des adhérents de nos deux fédérations aux enjeux auxquels ils sont confrontés.

Pour toutes questions vous pouvez contactez Hugo Si Hassen, chargé de mission santé à la Fédération

Hugo.sihassen@federationsolidarite.org

Appel à projets « Beauty for a better Life » de la Fondation L’Oréal

Soins de beauté et de bien-être gratuits en milieu social, médical et médico-social

 

Du 17 février au 17 mars 2022

 

Convaincue du rôle bénéfique que peuvent jouer les soins de beauté et de bien-être dans l’accompagnement des personnes fragilisées, la Fondation L’Oréal soutient depuis plus de 10 ans des projets de socio-esthétique et de socio-coiffure destinés aux personnes fragilisées physiquement, psychiquement ou socialement.

Les soins de beauté et de bien-être sont gratuits et organisés sous forme d’ateliers individuels ou collectifs. Ils associent écoute, détente, conseils techniques et soins de beauté. Intégrés dans un parcours de prise en charge pluridisciplinaire, ils contribuent à améliorer le bien-être, l’estime de soi, la combativité et le lien social.

 

La nouvelle édition 2022 de l’appel à projets Beauty for a better Life* 2022 est destiné à soutenir des structures à but non lucratif agissant dans le domaine médical, social ou médico-social pour le développement de projets de beauté inclusive.

 

Des dotations allant de 5 000€ à 20 000€ seront remises aux structures lauréates.

Un accompagnement personnalisé avec des experts, dont le CODES pour la socio-esthétique, et la SOCO Academy pour la socio-coiffure, sera également offert pendant un an pour favoriser la mise en place et/ou le développement des projets. Ce soutien s’articule notamment autour de la mise en lien des structures lauréates avec des professionnels de la socio-esthétique et de la socio-coiffure spécifiquement formés pour accompagner des personnes en souffrance sur le chemin du mieux-être ou de la réinsertion.

 

Calendrier :

Du 17 février au 17 mars 2022 Dépôt des dossiers sur la plateforme
Du 18 mars au 31 mai 2022 Instruction des dossiers
3 juin 2022 Annonce des structures lauréates
10 juin 2022 Jury et remise des prix

 

 

Critères d’éligibilité :

 

·     Être une structure disposant de statuts officiels, éligible au mécénat (1), exerçant une activité d’intérêt général à but non lucratif dont la gestion est désintéressée, et ne fonctionnant pas au bénéfice d’un cercle restreint de personnes : associations à but non lucratif ou d’intérêt général, fédérations ou réseaux associatifs, fondations et fonds de dotation, collectivités, établissements publics ou structures émanant de la puissance publique ;

·     agir sur le territoire français (métropole et outre-mer) ;

·     justifier d’au moins 2 ans d’existence ;

·     identifier au moins 50 bénéficiaires en situation de fragilité sociale, physique ou psychique dans le cadre du projet (personnes touchées par la précarité, la violence, la maladie, le handicap, publics migrants/réfugiés/primo-arrivants). Seront particulièrement valorisés les projets qui concernent un public féminin.

·     inscrire les soins de beauté et de bien-être comme une discipline d’accompagnement vers le mieux-être et intégrée dans un parcours d’insertion ou de soin ;

·     proposer de mettre en place ou de pérenniser un projet à destination de publics fragilisés, avec des séances gratuites de socio-esthétique et/ou de socio-coiffure animées par des professionnel(les) diplômé(es);

·     ne pas avoir gagné un appel à projet de la Fondation l’Oréal en 2020 ou en 2021.

 

(1) D’après les conditions posées par l’article 200 et 238bis du Code Général des Impôts

Ne sont pas éligibles :

·     Les projets individuels ;

·     les structures dont la mission est à caractère politique ou confessionnel ;

·     les projets à caractère lucratif, promotionnel ou publicitaire ;

·     les structures qui ont eu des retombées négatives ou qui ne répondent pas à des standards éthiques reconnus de l’ONU incluant les Droits de l’Homme, la Santé & la Sécurité, le Droit du Travail, l’Anti-Corruption, l’Environnement & le Changement Climatique.

 

Les dossiers de candidature doivent être déposés avant le 17 mars 2022 – 23h59 via le formulaire en ligne sur la page web suivante : https://www.projets-fondation-loreal.com/fr/

Nous vous remercions de bien vouloir transmettre cet appel à projet aux structures et associations de votre réseau qui pourraient être intéressées.

 

Pour toute questions ou information supplémentaire merci de contacter :

Leopoldo FERRARI : leopoldo2.ferrari@loreal.com

et

Laura BARROSO : laura.barroso@loreal.com

Appel à Manifestation d’Intérêt : mise en place du service public de l’insertion et de l’emploi (SPIE)

Seconde vague d’appel à projets dans le cadre du Service public de l’insertion et de l’emploi (SPIE), avec un appel à manifestation d’intérêt pour : 35 projets impliquant conseils départementaux, associations et entreprises qui seront financés à travers une procédure de sélection nationale. La date limite pour le dépôt des candidatures est fixée au 11.10.2021 pour une sélection mi-décembre. 

Le SPIE est l’un des piliers de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté. Il vise à répondre à des problématiques structurelles des politiques d’insertion – Il a notamment pour objectif d’ouvrir le droit à un parcours personnalisé à toute personne rencontrant des difficultés sociales et professionnelles à entrer sur le marché du travail. Retrouvez ici un article plus détaillé d’analyse du SPIE par la Fédération.

 

Plus de renseignements sut le site du gouvernement

Document complet de l’appel à manifestation d’intérêt ici

La Fondation Afnic lance deux appels à projets

La Fondation Afnic continue à soutenir celles et ceux qui mettent le numérique et ses usages au service d’une société plus équitable, plus solidaire, et plus égalitaire.

Cette année, elle lance deux appels à projets :

  • Un appel à projets pour soutenir des projets visant à créer une plateforme, un logiciel, une application numérique, animer une communauté, créer un objet connecté, aménager ou ouvrir des lieux, créer du contenu pédagogique, animer des ateliers numériques de plus d’un an, proposer un dispositif culturel multimédia…

Les candidatures sont ouvertes et peuvent être déposées jusqu’au 06 mai 2021.

  • Un appel à projets pour soutenir des ateliers numériques sous forme de sessions collectives de formation aux usages numériques.

Cet appel à projets comprend 3 moments de sélection : les 7 avril, 9 juin et 6 octobre 2021.

Les règlements des appels à projets et les modalités de dépôt des candidatures, qui se font sous forme électronique, sont accessibles sur le site de la Fondation Afnic.

La Fondation Afnic, c’est 244 projets et 5 millons d’euros injectés sur le territoire national français !

 

Découvrez les lauréats des années précédentes années et le nouvel espace du site internet de la Fondation Afnic : la Ressourcerie  – boite à outils pour projets numériques et retours d’expérience des projets lauréats de la Fondation Afnic.

Fonds l’Oréal pour les Femmes

La crise déclenchée par la pandémie de Covid-19 a exacerbé de nombreuses inégalités, avec des effets particulièrement dévastateurs sur les personnes déjà fragilisées socialement ou économiquement, ou victimes
d’abus, dont les femmes en tout premier lieu.

C’est pourquoi L’Oréal, historiquement engagé auprès des femmes, crée en 2020 Le Fonds L’Oréal pour les Femmes, un fonds de dotation de 50 millions d’euros sur 3 ans pour soutenir sur le terrain les organisations et associations locales dans leurs efforts pour :

• aider les femmes en situation de grande précarité ;
• favoriser l’intégration sociale et professionnelle des femmes ;
• fournir une aide d’urgence aux femmes réfugiées ;
• fournir une aide d’urgence aux femmes en situation de handicap ;
• prévenir les violences domestiques et sexuelles, et soutenir les victimes ;
• lutter contre les obstacles dans l’accès à l’éducation des filles et des femmes.

Ressources :

Pour en savoir plus sur les conditions d’éligibilité et la procédure télécharger le document d’information en cliquant

> ici

Les pièces à retourner :

Questionnaire d’auto-évaluation

Formulaire d’information préliminaire (à remplir après le questionnaire d’auto-évaluation)

 

Appel à projets FILE 2022

Le FONDS INITIATIVES LOCALES CONTRE L’EXCLUSION (FILE) soutient les projets portés par les adhérents de la Fédération sur les thématiques “EMPLOI”, “HABITAT” et «MIGRANTS». Il est financé par la FONDATION JM BRUNEAU, Fondation sous égide de la Fondation de France.

AXES TRANSVERSAUX

Axe 1 transversal

Les actions qui favorisent l’accès aux droits des personnes et qui contribuent à la réduction de la fracture numérique

Le FILE souhaite favoriser les actions qui visent à accompagner les personnes en difficulté dans leur accès aux droits (minima sociaux, santé, logement, démarches administratives, emploi,…) et à lutter contre le non-recours. Les actions peuvent porter sur l’information individuelle et collective des personnes (droits des étrangers, droit de la famille, DALO, etc.), la création d’outils à destination des personnes  et leur accompagnement auprès des administrations et de la justice. Le FILE peut également soutenir la mise en place de permanences juridiques ou avec des partenaires spécialisés (secteur médical, droit des femmes, interprétariat…). Le FILE entend aussi soutenir les actions qui permettent aux personnes d’accéder à un équipement informatique (téléphone, ordinateur, création d’un espace numérique au sein de la structure) et à un accompagnement ou une formation à l’usage du numérique.

Axe 2 transversal

Les actions éducatives et socioculturelles et les actions favorisant la participation des personnes accompagnées et des salariés en insertion

Le FILE entend favoriser les projets qui développent des temps d’accès aux loisirs, à la culture, à l’éducation, à l’intégration dans un quartier, ainsi que la création de lien social à l’échelle du territoire concerné. Il peut aussi soutenir des actions de sensibilisation des personnes sur des problématiques d’actualité (droit au logement opposable, prévention des risques de précarité énergétique, développement durable…). Il peut enfin contribuer aux actions qui visent à associer les salariés en insertion au fonctionnement de la structure, des actions qui encouragent leur expression, l’émergence et la prise en compte d’une parole collective au service de leur intégration et de leur professionnalisation.

EMPLOI

Axe 3 Emploi

Les passerelles avec le monde de l’entreprise

Les structures d’insertion par l’activité économique travaillent, à différents niveaux, en lien avec les entreprises « classiques ». Ces dernières sont un partenaire naturel pour des structures qui souhaitent accompagner des personnes à l’emploi.

Le FILE soutient donc les projets créant ou développant des passerelles avec le monde des entreprises; il met notamment l’accent sur les actions qui sont mutualisées entre plusieurs associations, le projet pouvant être porté par l’une de ces associations. Le dossier de demande devra par ailleurs être accompagné, pour cet axe, d’une lettre d’intention des structures engagées dans le projet.

Les projets vont de la sensibilisation des associations et des entreprises au travail de l’autre, à la contractualisation effective d’un partenariat. En effet, l’acculturation, le travail en commun sur la valorisation des personnes, la formalisation d’actions ou d’outils communs (élaboration de fiches de poste, d’outils d’intégration, de chartes, stratégie de prospection adaptées au territoire et aux publics, etc.) ; les modes d’accompagnement de la personne vers et dans l’entreprise (actions de parrainage, tutorat, méthode IOD, etc.) permettent aux associations, aux entreprises et aux salariés en insertion de dépasser leurs représentations et de rechercher les moyens de répondre aux besoins de chacun.

Axe 4 Emploi

Les actions de formation des publics

Plusieurs types de formation peuvent être présentés dans le cadre du FILE (actions de formation visant la consolidation des savoirs de base, l’acquisition de connaissances des organismes qui favorisent l’accès à l’emploi couplée à des actions de formation à la recherche d’emploi ; le développement des compétences liées à l’évolution des emplois, etc. Ces types de formations lorsqu’elles existent sur les territoires ne sont pas toujours adaptés aux salariés en insertion et sont pris en charge de manière disparate par les différents acteurs de la formation (Conseil régional, OPCA, etc.). C’est pourquoi les SIAE adaptent spécifiquement les modalités des formations aux besoins des salariés en insertion et à leur organisation. Les actions de formation financées dans le cadre du FILE sont des formations non subventionnées par ailleurs sur le territoire (recherche d’emploi en amont de la qualification, pré qualification, adaptation au poste de travail, etc.).

HABITAT

Axe 5 Habitat

Le montage de projets et l’aide au démarrage de nouvelles structures ou services d’accueil et d’hébergement

Le FILE soutient des actions visant au développement de nouvelles structures ou à l’adaptation de structures existantes pour répondre à des besoins identifiés mais insuffisamment couverts sur un territoire. Il s’agit aussi de favoriser l’amélioration des conditions d’accueil ainsi que l’aménagement d’espaces collectifs dans les structures afin d’en faire des lieux d’accueils plus humain. Des mesures d’ingénierie portant sur la réhabilitation de structures d’hébergement ou encore des actions d’équipement des lieux d’accueil peuvent être soutenues par le FILE. Il peut aussi soutenir des actions d’aide au démarrage, de travaux autour de l’habitat temporaire ou adapté.

Axe 6 Habitat

Les actions favorisant l’accueil, l’accompagnement et l’accès ou le maintien au logement des personnes sans-abri ou sortant d’hébergement

Le FILE soutient les actions permettant d’améliorer la fluidité de la rue ou de l’hébergement vers le logement pour les personnes ayant connu un parcours d’errance. Ces initiatives peuvent aussi bien consister à développer une nouvelle offre pour ces ménages, à mieux coordonner l’offre existante ou à proposer des solutions innovantes d’accompagnement social sécurisant leur parcours résidentiel dans un objectif de prévention des ruptures. Les projets aidés doivent répondre à des besoins non couverts sur les territoires, et s’inscrire en complémentarité avec les financements de droit commun. Ils peuvent s’appuyer sur des partenariats entre structures du secteur AHI avec des bailleurs sociaux, des bailleurs privés, des acteurs locaux institutionnels ou associatifs, des fédérations partenaires, etc.

MIGRANTS

Axe 7 Migrants

Répondre aux besoins urgents dans l’accueil et l’accompagnement des étrangers

La Fondation soutien les initiatives des adhérents de la Fédération agissant dans le champ de l’accueil des personnes réfugiées- migrantes et souhaite cibler les actions portant sur les besoins de première nécessité, les besoins urgents dans l’accueil et l’accompagnement, les personnes déboutées et donc sans aides (réponses aux besoins de santé et d’hygiène, d’alimentation, de scolarisation, d’hébergement, d’accès aux droits, de mobilité…) que les associations ont des difficultés à faire financer.

Pour déposer une demande de subvention, cliquez ici

———-

MODALITÉS D’INTERVENTION DU FILE

La demande de subvention peut être formulée par un adhérent de la Fédération des acteurs de la solidarité à tout moment. Le comité de sélection des dossiers se réunira 3 à 4 fois dans l’année, généralement en avril, juin, septembre, selon les fonds disponibles.

Le FILE est une impulsion à des initiatives nouvelles. L’objet du FILE est d’avoir un effet levier sur l’aide au démarrage d’une action spécifique. Il ne se substitue pas à des financements déjà existants ou accessibles localement. Sa vocation n’est pas de subventionner le financement courant des associations ni de pérenniser des actions déjà existantes.

Les subventions sont d’un montant maximum de 5 000 euros. Un seul projet par structure pourra être financé dans l’année.

Les subventions seront prioritairement allouées à de nouveaux projets et à des associations n’ayant pas encore bénéficié de crédits dans le cadre du FILE.

La demande de subvention

Elle se fait exclusivement en ligne sur cette plate-forme. Vous devrez vous créer un compte qui vous permettra de débuter votre dossier et y revenir plus tard si nécessaire. Une fois validé et transmis à la FAS, votre dossier ne sera plus modifiable mais vous pourrez toujours y accéder. Vous n’aurez pas besoin de justificatifs administratifs ou financiers. Mais si vous pourrez joindre des documents sur votre projet, directement dans votre espace sur la palte-forme.

Le dossier se compose de 3 parties

– Présentation de la structure

– Description de l’action. Le contenu du dossier est essentiel et doit présenter de façon résumée, mais convaincante pour un lecteur qui ne sait rien de vous, l’action que vous souhaitez réaliser. Présentez concrètement ce que vous voulez faire et les besoins auxquels vous cherchez à répondre. Formulez précisément les réalisations prévues et les résultats escomptés.

Il est essentiel pour le comité de sélection de préciser pourquoi vous sollicitez le FILE, à quels besoins il va répondre et quelle est la nouveauté par rapport à votre association, au contexte, etc.

– Budget. Le budget doit être équilibré, c’est un prévisionnel qui présente le financement détaillé de l’action. Ne présentez dans ce dossier que les éléments budgétaires de l’action faisant l’objet de la demande de financement et non le budget global de la structure. Les moyens doivent bien sûr être adaptés aux objectifs attendus.

Les coûts pris en charge par le FILE sont ceux directement générés par le nouveau projet. Le FILE ne financera pas des moyens existants (exemple : temps de réunion des encadrants…), mais peut financer la mise à disposition d’un salarié sur un projet si ce détachement est compensé par une embauche ou l’augmentation d’un temps partiel, etc.

Les coûts qui peuvent être pris en charge sont les suivants :

– rémunération du personnel salarié affecté à l’action, d’un intervenant extérieur, etc., au prorata du nombre d’heures effectuées.

– consommables ou autres dépenses nécessaires à la réalisation de l’action : fournitures pédagogiques, petits équipements, matériaux etc.

– coûts indirects : frais administratifs, frais de fonctionnement (frais de structures, frais généraux…), frais de voyage et de missions liés à la réalisation de l’action.

– charges directes affectées à l’action

– Le FILE ne prend pas en charge l’achat de biens d’équipements lourds, ni les frais bancaires, etc.

La subvention accordée est versée à 50 % au démarrage, et à 50% à la réalisation.

Le bilan de l’action doit être transmis dès que l’action est terminée. Le rapport d’activité de votre action doit comprendre sur 3 à 5 pages la reprise, l’explicitation et la réalisation des points présentés dans votre dossier de demande (contenu, valeur ajoutée, éléments d’évaluation…).

———-

La Fabrique Aviva

Avec La Fabrique Aviva, lancée en 2016, l’assureur soutient par le don financier, le pré-amorçage de cet entrepreneuriat social et environnemental particulièrement dynamique en France. L’objectif est de révéler, valoriser et récompenser la richesse des bonnes idées qui inspirent positivement la société. En quatre ans, plus de 200 porteurs de projets se sont ainsi partagés une dotation globale de quatre millions d’euros (un million d’euros par édition).
Cette année, La Fabrique Aviva partagera une enveloppe budgétaire d’un million d’euros entre 15 porteurs de projets utiles et innovants. Les entrepreneurs sont invités à déposer leur candidature en ligne entre le 6 octobre et le 17 novembre 2020 en ligne


Déroulement
Du mardi 6 octobre 2020 au mardi 17 novembre 2020, les entrepreneurs peuvent déposer leur projet sur la plateforme web dédiée à l’opération. Les projets soumis seront ensuite évalués du mardi 17 novembre 2020 au mardi 15 décembre 2020 sur leur impact positif et la stabilité de leur business model. Les candidats retenus seront annoncés le mardi 15 décembre à 14h (dans la limite de 150 projets par région).
Du 12 janvier au 9 février 2021, les projets sélectionnés seront visibles sur le site de La Fabrique Aviva et soumis aux votes du grand public. Grande nouveauté de cette année : tous les projets soumis au vote du grand public, passeront devant les jurys locaux, les votes du grand public comptant pour 40 % de la note finale.
Du 9 mars au 29 avril 2021, les projets seront auditionnés par des jurys régionaux composés d’entrepreneurs, d’experts locaux, d’agents et de collaborateurs Aviva. Les sessions de pitchs seront suivies d’ateliers de co-développement et de networking et d’un cocktail en fin de journée pour accompagner l’annonce des gagnants (trois par régions) qui remporteront 60 000 euros. Les jurys locaux se tiendront à Lyon (9 mars), Paris (23 mars), Rennes (6 avril), Lille (22 avril) et Bordeaux (29 avril).
Les cinq lauréats ayant obtenu la meilleure note dans leurs régions respectives auront la possibilité de venir défendre leur projet devant un jury national qui se tiendra à Paris en juin 2021, pour tenter de remporter un gain supplémentaire de 100 000 euros.

 Imprimer  E-mail