Courrier au Président de la République et à la Première ministre sur la proposition de loi dite “anti-squat”

Subventions Nationales aux associations : les priorités de la DGCS pour 2023

Les associations qui souhaitent solliciter une subvention de la part de la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) en 2023 doivent déposer leur demande avant le 15 février et s’inscrire dans les « priorités d’intervention » définies par la DGCS en 2023.

Modalités de dépôts des dossiers

Seuls les projets ponctuels prévus en 2023 sont concernés par cette procédure, et non l’activité habituelle des associations nationales « têtes de réseaux », ni les conventions pluriannuelles d’objectifs en cours (CPO)

Une enveloppe minimale de subvention d’environ 20 000 € par action est envisagée, excepté pour les initiatives en faveur du travail social où aucun chiffrage n’est précisé.

  • La phase de dépôt des propositions est ouverte du 1er janvier au 15 février 2023.
  • Les associations sont invitées à transmettre les éléments suivants :

– Un résumé du projet (maximum 1 page) avec le montant sollicité de la part DGCS ;

– Un budget prévisionnel, comportant une évaluation des dépenses du projet et les sources de financement attendues (notamment les autres subventions sollicitées) ;

– Tout document utile à la compréhension du projet. Si l’association a perçu une subvention pour un projet les années précédentes, un compte-rendu pourra être joint.

En revanche, il n’est pas nécessaire de joindre les pièces administratives qui seront réclamées dans un second temps, si le projet est retenu, pour le montage définitif du dossier (statuts, RIB, comptes annuels, imprimé CERFA, etc.).

Ces pièces sont à transmettre par mail à : dgcs-sd2-secr@social.gouv.fr

Thématiques prioritaires pour 2023

Des projets d’envergure nationale portant sur :

– Accompagnement de l’enfant dans ses 1 000 premiers jours de vie qui sont essentiels pour son développement ;

– Développement des offres de soutien à la parentalité, dans une démarche de mieux structurer et outiller ce secteur ;

– Soutien des politiques de protection de l’enfance, pour mieux protéger les enfants en danger et mieux accompagner les professionnels qui les encadrent ;

– Projets visant à soutenir le développement de la connaissance et de l’évaluation des politiques menées dans les champs de la petite enfance, de l’accompagnement des familles dans leur fonction parentale et de la protection de l’enfance

Ainsi, pour le programme 304 – action 15, en matière de soutien aux politiques de promotion du travail social, les priorités de la DGCS pour 2023 sont les suivantes :

  •  Contribuer à faire connaître et promouvoir le travail social, l’intervention sociale, les pratiques professionnelles ainsi que les enjeux de société au niveau national et international ;
  •  Organiser des initiatives telles que des journées de rencontres, d’études, des forums, séminaires, colloques ;
  • Contribuer à constituer un corpus de connaissances dans le champ du travail social notamment par : Le référencement, l’exploitation, la valorisation, la conservation et la mise à disposition de productions, des travaux d’histoires et de recherches, d’études, mémoires sur le travail social et l’intervention sociale ; -a création, la valorisation et/ou la diffusion de supports numériques, audiovisuels…

Ainsi, pour le programme 157, en matière de soutien aux personnes âgées et aux personnes handicapées, les priorités de la DGCS pour 2023 sont les suivantes :

  • Projets d’envergure nationale permettant de renforcer la prévention, l’autonomie, l’inclusion, le lien social et la participation des personnes âgées et des personnes en situation de handicap ;
  • Projets visant à soutenir le développement de la connaissance et de l’évaluation des démarches inclusives et d’autonomie ;
  • Projets d’envergure nationale permettant de développer des actions visant au repérage et au soutien des aidants, ainsi qu’à l’identification de leurs besoins.

Le programme 137 « Égalité entre les femmes et les hommes » vise à impulser et coordonner les actions relatives à l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie professionnelle, économique, politique et sociale, à la promotion des droits et à la prévention et la lutte contre les violences sexistes.

Les priorités de la DGCS pour 2023 s’inscrivent autour de trois champs d’intervention prioritaires :

  • La prévention et la lutte contre les violences faites aux femmes ;
  • L’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie professionnelle, économique, politique et sociale ;
  • L’accès aux droits et la diffusion de la culture de l’égalité

Webinaire Santé Mentale : La santé mentale des personnes migrantes

Ouverture des inscriptions au webinaire Santé Mentale des personnes migrantes

Vendredi 27 janvier de 10h à 12h aura lieu le webinaire sur la santé mentale des personnes migrantes.

Ce webinaire s’inscrit dans le cycle de webinaire organisé par la Fédération sur la santé mentale des publics accompagnées par les associations de notre réseau. Il aura pour objectif de présenter des ressources et des dispositifs d’accompagnement. Ainsi les intervenantes à ce webinaires seront :

  • Vincent Tremblay, chargé d’études en sociologie à l’Orspere Samdarra,
  • Magalie Perl, psychologue clinicienne au Comede, Comité pour la santé des exilés
  • Julie Carrite, Directrice Territoriale Habitat Santé et Asile 91, 77 au Groupe SOS Solidarités

Ce webinaire aura lieu sur la plateforme ZOOM. Le lien d’inscription est ici

Pour toutes informations vous pouvez contacter Hugo Si Hassen,

Chargé de mission santé à la Fédération des acteurs de la solidarité :

Hugo.sihassen@sihassen@federationsolidarite.org

 

Journée Nationale FAS : Prostitution

Journée Nationale FAS : Prostitution

Qui aura lieu le lundi 13 février 2023 à l’auberge de Jeunesse de Paris « Yves Robert », 20 esplanade Nathalie Sarraute 75018 Paris, de 9h30 à 16h30

Présentation

En France on estime qu’entre 30 000 et 44 000 personnes sont en situation de prostitution , 93% d’entre elles sont étrangères, principalement originaires d’Europe de l’Est (Roumanie et Bulgarie), d’Afrique de l’Ouest (Nigéria) et de Chine dont 85%  sont des femmes.

Depuis plus de 5 ans, les associations spécialisées constatent une augmentation préoccupante du nombre de mineur.e.s victimes de prostitution, ils. elles seraient entre 7 000 à 10 000 , chiffre bien en deçà de la réalité selon les professionnel.le.s, qui constatent que 25 à 30% des publics rencontrés lors des maraudes et au sein des accueils de jour sont des mineur.e.s. Dans son rapport portant sur la prostitution, L’IGAS alertait déjà sur la situation préoccupante du nombre de mineur.e.s victimes de prostitution et son « essor important » .

L’importance prise par internet et les réseaux sociaux ont transformé les pratiques prostitutionnelles en complexifiant à la fois le repérage par l’invisibilisation des personnes en situation de prostitution, et la prévention du phénomène prostitutionnel auprès des plus jeunes et le travail social. Les nouveaux médias constituent ainsi un point d’appui de la transformation de l’activité de proxénétisme passant de la prostitution de rue vers une prostitution dite « hébergée », plus difficile à identifier.  Il est donc nécessaire de développer une stratégie spécifique autour des outils numériques pour lutter plus efficacement contre la hausse de ce phénomène prostitutionnel chez les mineur.e.s, et former les professionnel.le.s à adapter leurs pratiques d’aller vers et d’accompagnement à la prostitution sur internet.

La Fédération des Acteurs de la Solidarité est doublement concernée par cette question : en tant qu’acteur regroupant des associations spécialisées venant en aide aux personnes prostituées, et en tant qu’acteur généraliste de la lutte contre les exclusions, dans la mesure où la prostitution est la résultante d’une grande précarité économique et sociale ainsi qu’à la situation de grande vulnérabilité dans laquelle se trouvent de nombreuses personnes migrantes ou non exploitées par des réseaux de traite des êtres humains.

Objectifs de la journée

La journée organisée par la FAS poursuit un triple objectif :

  • Proposer un temps d’échange sur le bilan de la mise en œuvre du volet social de la loi de 2016, portant sur le parcours de sortie de prostitution et d’insertion sociale et professionnelle.
  • Informer et sensibiliser au phénomène prostitutionnel des mineur.e.s, pour améliorer leur repérage, leur accompagner et leur protection.
  • Echanger sur les dispositifs et actions existantes entre professionnel.le.s : en promouvant l’accompagnement social global auprès des personnes souhaitant sortir de la prostitution ; en informant sur l’évolution des pratiques prostitutionnelles «  de l’allier vers de rue à l’aller vers numérique », présentant le dispositif spécialisé Ac.Sé à destination des victimes de la traite des êtres humains, outiller les professionnel.le.s sur le volet juridique et les conditions d’accès au dispositif du Parcours de sortie de prostitution ; et promouvoir la santé des personnes en situation de prostitution. Ces Cinq ateliers permettront à la fois de valoriser les pratiques et les expériences au sein du réseau et d’identifier des pistes de travail.

Programme

9h30 Accueil Café

10h30 – 12h : Table Ronde « Bilan et perspective du volet social de la loi de 2016 » en présence de la Présidente de l’Amicale du Nid Marie-Hélène Franjou

12h – 13h30 Déjeuner

13h30 – 15h : Table Ronde « Mieux repérer, prévenir, accompagner et protéger les mineur.e.s en situation prostitutionnelle ou en risque de l’être »

En présence de :

  • Un.e. représentant.e de l’Association Agir contre la prostitution des enfants ACPE
  • Léa Messina, chargée de projet dispositif «  mineur.e.s en situation de prostitution » ATDEC Nantes Métropole
  • Hélène Bodiart, Directrice du Pôle Protection de l’Enfance, association Solfa à Lille

15h00 – 16h30 : Ateliers «  outiller les professionnel.le.s pour mieux identifier et accompagner les personnes en situation de prostitution

Atelier 1 : Comment assurer un accompagnement social global spécialisé et de qualité pour garantir aux personnes inscrites dans un parcours de sortie de prostitution et accéder à une autonomie réelle ?

En présence de :

  • Gilles Badin et son équipe, Directeur des Captifs la Libération, Paris
  • Marine Simenel et son équipe, cheffe de service de l’association CAPS, Caen

Atelier 2 : L’évolution des pratiques prostitutionnelles impacte le travail social : de l’aller vers de rue à l’aller vers maraudes numériques

En présence de :

  • Loic Jacquemoud, Directeur de l’association Althea 38, Grenoble
  • En attente

Atelier 3 : Mieux repérer et protéger les personnes étrangères victimes de la traite des êtres humains : présentation du dispositif Ac.Sé

Atelier 4 : Quel est le rôle d’une Commission de lutte contre la Prostitution, le Proxénétisme et la traite des êtres humains ? Quelles sont les conditions pour inscrire une personne dans un Parcours de Sortie de Prostitution ? Quel rôle pour les associations agréées PSP ?

Atelier 5 : Promouvoir la santé des personnes en situation de prostitution

[VIDEO] Rétrospective 2022

Urgence grand froid : la mobilisation de la FAS

Quelle est la place de la transition écologique dans les pratiques/actions des adhérents ?

Participez au colloque « Respirations » en Occitanie

Le programme Respirations vous invite à son colloque national le 26 septembre 2022 à Toulouse : « L’accès aux pratiques culturelles, artistiques, scientifiques comme outil de lutte contre la pauvreté ».

Depuis 2018, Cultures du Cœur, Les Petits Débrouillards et la Fédération des acteurs de la solidarité portent ensemble le programme « Respirations ». Celui-ci a pour but de favoriser l’accès à la culture via la médiation culturelle, artistique et scientifique pour des enfants, des jeunes et des familles en situation de précarité.

Ce colloque est une invitation pour tous ceux qui souhaitent faire un pas de côté et prendre le temps de s’interroger sur la place et l’impact de l’accès aux pratiques culturelles, artistiques et scientifiques, ainsi que l’accès aux vacances et aux loisirs dans la lutte contre la précarité.

De manière plus globale, c’est aussi l’occasion de s’interroger sur des pratiques professionnelles, de rencontrer et faire du lien avec des professionnel·les d’autres champs que le sien !

Il s’agira aussi de rendre visibles les diverses initiatives innovantes présentes en Occitanie dans le domaine de la médiation culturelle, artistique et scientifique en lien avec le champ social. Les intervenant·es pourront alors partager leurs expériences de terrain et échanger sur leurs pratiques professionnelles.

Enfin, ce colloque sera un temps culturel à part entière puisque des manifestations seront prévues jusque dans la soirée !

Pour qui ?

A destination de tou·tes les acteur·rices du monde de la culture, du travail social, de la formation en travail social, du champ universitaire, de l’éducation populaire et les personnes concernées par la précarité.

Pré-programme :

Matinée en plénière retransmise en direct sur Youtube.

09h00 – Accueil café
9h45 – Ouverture / Quelle place pour la culture ?
10h30 – Retour sur le programme Respirations

11h – Pause
11h15 – Table-ronde

Quel impact de l’accès aux pratiques culturelles pour des personnes en situation de pauvreté ?

12h45 – Déjeuner/Animation d’interconnaissance
14h45 – Ateliers

15h30 – Pause
15h45 – Ateliers

16h45-17h15 – Restitution des ateliers et synthèse de la journée

18h30 – Proposition culturelle
20h00-22h30 – Cocktail dînatoire

Informations pratiques et inscriptions :

Le colloque est organisé en présentiel à La Grainerie à Toulouse

Date : lundi 26 septembre

De 9h à 22h30.

Cliquez ici pour vous inscrire :

https://www.respirations.org/colloque-respirations-occitanie/

 

 

Appel à projet “Inventer la solidarité sociale de demain” – Fondation Cognacq-Jay

  – Édition 2022 –

INVENTER
LA SOLIDARITÉ SOCIALE
DE DEMAIN

Vous cherchez à apporter des réponses singulières et nouvelles à des besoins collectifs, tels que :

Couvrir des besoins essentiels non ou mal satisfaits
Corriger des inégalités
Préserver et développer les liens sociaux des personnes en difficulté et isolées

Vous avez encore jusqu’au 3 novembre 2022 pour participer à cet appel à projet de la Fondation Cognacq-Jay.

Participez à l’appel à projet…

Une initiative du Laboratoire des solidarités de la Fondation Cognacq-Jay pour encourager l’innovation, soutenir et accompagner les meilleurs projets pour que l’intérêt général et le bien commun soient les sources vivantes et constructives de notre société.

L’appel à projets Prisons 2022 de la Fondation de France est lancé !

A travers cet appel à projets, la Fondation de France entend soutenir des associations et des structures à but non lucratif qui prennent en charge des personnes au cours de leur détention et à leur sortie avec pour objectifs de :

  • préparer et accompagner la sortie : accompagnement global adapté en partenariat avec l’ensemble des acteurs institutionnels et/ou associatifs concernés ;
  • soutenir et accompagner l’insertion sociale de personnes condamnées à des mesures en milieu ouvert et sanctions alternatives à la détention ;
  • maintenir les relations avec les proches ; enjeu important dans la lutte contre la désocialisation et facteur primordial dans la réinsertion de la personne détenue à sa sortie.

Date limite de réception des dossiers de candidature : 18 mai 2022 avant 17h.

Vous trouverez l’ensemble des informations concernant les modalités de candidature de l’appel à projets sur le site de la Fondation de France.