[CP] Pas d’évacuation des campements sans hébergement inconditionnel, digne et pérenne

Communiqué de presse
Paris le 10.04.2019

A la suite de rencontres avec l’Etat et la ville de Paris, les associations de solidarité ont manifesté leur inquiétude face à l’absence de propositions d’hébergement dignes et pérennes pour les personnes migrantes vivant dans des campements à Paris, Nantes  et dans plusieurs grandes villes métropoles.
A la sortie de l’hiver, les campements indignes se reconstituent et les situations sociales et sanitaires des personnes – parfois en famille- se dégradent de manière très préoccupante.
Dans ce contexte, l’Etat envisage une nouvelle opération d’évacuation des campements parisiens et sollicite diverses associations pour la gestion de gymnases pour une mise à l’abri temporaire.

La Fédération appelle les associations concernées à conditionner leur réponse au respect par l’Etat de plusieurs conditions :

  • une prise en charge inconditionnelle de toutes les personnes présentes sur ces campements, quel que soit leur statut administratif
  • un hébergement digne avec un accompagnement social et sanitaire adapté
  • l’engagement de l’Etat d’une orientation rapide des personnes vers des centres d’hébergement dignes et pérennes, en Ile de France et sur l’ensemble du territoire national, pour éviter la reconstitution de nouveaux bidonvilles dans les jours et semaines à venir.

Face à la dégradation des conditions de traitement de la situation des personnes migrantes, la Fédération invite ses adhérents à la plus grande vigilance quant au respect de ces conditions. Au-delà des opérations de mise à l’abri, la Fédération rappelle à cette occasion la nécessité d’une mobilisation nationale pour l’ouverture rapide de places d’hébergement stables adaptées aux besoins sur l’ensemble du territoire.

Contact presse :
Audrey-Jane Baldi 06 17 80 03 52

 

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte