• 181213-enquete02
  • 181213-Travail-pair01
  • 181109-ref-maraudes
  • 180717-mobilisation06
  • 180607-RA1
  • 171215-s1
  • 170831-sante-droit-2
  • 170608-01
  • SC2
  • 170118-intranet

La culture au-delà des murs

La culture au-delà des mursIls sont chercheur en astrophysique et en physique des particules, naturaliste, adepte du yoga, artiste peintre, cuisinier, danseur, coach sportif, enseignant-chercheur en économie, géographe, architecte, clown professionnel ou encore conteur.

Chacun a son domaine de spécialité, son métier, sa passion, mais tous ont en commun de partager les mêmes convictions au sein de l'association Champ libre. Co-fondée par trois jeunes femmes, anciennes membres du GENEPI, l’association anime des ateliers culturels dans deux établissements pénitentiaires et un centre d’hébergement.

Chaque week-end, que ce soit à la maison d’arrêt de Bois d’Arcy, au centre de détention de Réau ou à l’Ilôt, un centre d’hébergement accueillant des sortants de prison à Paris, des binômes - bénévole et intervenant - de l’association Champ libre animent des ateliers thématiques, séquencés sur plusieurs semaines. Du design culinaire à l’étude océanographique, de débats philosophiques à la pratique sportive, l’objet de ces ateliers, qui rassemblent une dizaine de personnes à chaque séance, varie au gré des savoirs et des savoir-faire que les intervenants aspirent à partager ou à mettre en débat.

UN PARTAGE DES SAVOIRS

« Sans entrer dans un engagement associatif trop lourd, on propose à toute personne bénévole ayant quelque chose à partager de devenir active sur des problématiques liées à la citoyenneté tout en restant dans sa passion », explique Mai-liên Nguyen Duy, co-fondatrice de l’association. « On touche beaucoup de professionnels qui n’ont pas de vocation sociale dans leur métier, et pour qui cela fait sens. Le plus souvent, Champ libre n’est qu’un sas, une première expérience associative auprès d’un public spécifique pour réveiller une envie d’aller plus loin et d’initier parfois leur propre atelier en dehors de l’association » poursuit-elle. En fil rouge, une volonté de proposer des ateliers participatifs, avec une horizontalité et une réciprocité dans les échanges avec les personnes détenues ou résidentes à l’Ilôt.

En amont de tout atelier, une formation est réalisée avec chaque intervenant potentiel pour aborder les problématiques spécifiques au milieu carcéral, discuter de l’engagement au sein de Champ libre, et faire prendre conscience, qu’au-delà de l’intervention, il intègre un projet sociétal visant à démocratiser l’accès à la culture et au débat citoyen dans les lieux d’isolement, à favoriser les rencontres humaines entre des mondes qui ne se seraient pas croisés autrement, et surtout à apprendre des situations et des personnes rencontrées.

Avec ce même dessein, l’association organise des évènements à destination du grand public. Des soirées débats, des interventions en milieu scolaire, des apéros réunissant 20 à 50 personnes, qui permettent à tous de discuter de thématiques liées aux formes d’exclusion sociale et à la recherche du mieux vivre ensemble, en présence de chercheurs, de représentants associatifs, de politiques venus partager leur approche, leur expertise. En janvier 2016, l’association comptait plus de 100 intervenants et près de 300 personnes détenues ou sortant de prison avaient déjà participé aux ateliers. Elle reste continuellement en recherche de nouvelles volontés motivées - étudiants, scientifiques, artistes, professionnels - prêtes à échanger leurs connaissances et à élargir leurs horizons.


Laure Pauthier

+ Pour en savoir plus : www.champlibre.info

ImprimerE-mail

Magazine

N°18 - Automne/Hiver 2017

f12-couv

Pauvreté des enfants : lutter aujourd'hui... Pour eux demain.

Télécharger le magazine...

N°17 - Été 2017

F17HD

Quelle inclusion numérique pour les plus pauvres ?

Télécharger le magazine...

N°16 - Printemps 2017

f12-couv

La solidarité, un vrai sujet de campagne

Télécharger le magazine...

 Tous les magazines...

Connectez-vous à votre compte