REPORTAGE - Premiers pas vers la culture

Les reportages de F magazine

premiers-pas« Et vous, quelle représentation avez-vous du cirque ? »
Cette question c’est Sylvie Martin Lahmani, intervenante et artiste, qui la pose aux travailleurs sociaux et bénévoles réunis pour un nouveau module des formations de Cultures du Coeur.

Pendant une après-midi, les huit personnes du groupe échangeront sur le cirque, son histoire, ses évolutions et pourront feuilleter les livres, magazines et autres documentations dans les locaux de l’association hors les murs à Paris, spécialisée dans l’univers de cet art. Une sortie de leur quotidien que ces professionnels semblent apprécier tant ils livrent facilement leurs souvenirs d’enfance liés aux clowns, aux animaux et à la peur de la chute du funambule. Bientôt, ils poseront peut-être cette question eux-mêmes aux personnes accompagnées qu’ils « prépareront » à une sortie circassienne. La formation à la médiation culturelle de Cultures du Coeur s’adresse en effet aux intervenants sociaux qui souhaitent intégrer la culture à leur pratique professionnelle. Ici, ils apprennent à devenir des médiateurs culturels en acquérant des outils d’accompagnement des publics dans les lieux culturels et des clés pour aborder chaque pratique culturelle, qu’il s’agisse des théâtres, des musées, des cirques, des salles de concerts, de la musique, du cinéma… En découvrant cette fois-ci toutes les variantes de cirque, grâce à des vidéos, notamment, et des ateliers pratiques, ils pourront ensuite creuser cet intérêt et proposer des sorties au cirque aux personnes qu’ils accompagnent.
Dans chacun des modules, un intervenant décrypte l’histoire de l’art en question, les évolutions, les lieux de représentation, les formes, les courants, et, surtout, les possibilités de médiation culturelle. « J’essaie de faire découvrir les fondements d’une matière pour la désacraliser », explique Serge Saada, co-responsable de la formation médiation à Cultures du Coeur. « Il y a le bagage théorique, mais pour comprendre les enjeux, il faut expérimenter par la pratique », ajoute-t-il. Pour la musique ou le théâtre, les participants s’essayent donc au chant et au jeu pour expérimenter le rapport au texte, au corps, à l’espace.

LE POTENTIEL SOCIAL DE LA SORTIE CULTURELLE
Avec ses 65 salariés dans les 41 antennes en France et une au Québec, Cultures du Coeur a déjà permis à deux millions de personnes de vivre une sortie culturelle grâce à ses 5 000 partenaires culturels, ses 5 000 relais sociaux et son site www.culturesducoeur.org. « Nous parlons d’invitations, et non pas de billetterie gratuite » insiste Serge Saada, qui voit la sortie comme un projet en soi, un « vecteur de socialisation » et un levier d’insertion. Créer un lien en discutant d’un spectacle peut être plus facile qu'en remplissant un document administratif...
Cette familiarisation des professionnels avec la diversité de l’offre culturelle sera un atout supplémentaire pour réduire le décalage éventuel entre l’horizon d’attente des futurs spectateurs et la confrontation au spectacle. « Il n’y a plus d’animaux dans les cirques modernes, par exemple, et la plupart des spectacles de cirque se joue dans des théâtres, et non pas sous des chapiteaux », détaille Sylvie.
Sortie familiale par excellence, le cirque fait partie des spectacles qui concentrent le plus de demandes d’invitations. « Le cirque convoque les mêmes ressentis chez tous les spectateurs, avec une peur de la chute, une dimension à la fois sportive et artistique des numéros », dit-elle. Mais si la sortie se prépare, elle se prolonge également. Le type de médiation culturelle sur lequel s’appuient les modules de formation de Cultures du Coeur trouve son originalité dans l’importance de la préparation à la sortie, mais aussi dans « l’après sortie ». « L’idée est qu’il existe des permanences culture dans les structures sociales, et que les travailleurs sociaux formés ici sur la médiation culturelle puissent être des relais, avec cette partie culture intégrée à leur temps de travail », précise Serge.
Et la réciprocité entre les acteurs culturels et les professionnels du social existe aussi. Cultures du Coeur a en effet développé des modules de formation à destination des équipes de musées ou de théâtres qui souhaitent faciliter et améliorer l’accueil participatif des personnes en difficulté sociale.


Céline Figuière

Imprimer

Connectez-vous à votre compte