Engagés ensemble - Sans-abri, mais père avant tout

Les reportages de F magazine

pereDepuis maintenant cinq ans, l’association Béthel hébergement à Tourcoing dispose d’un appartement parental dont elle fait bénéficier deux autres structures. Les pères peuvent y accueillir leurs enfants le temps d’un week-end ou pendant les vacances scolaires et ainsi consolider leurs liens en attendant de retrouver un logement pour leur famille.

Pour continuer à exercer son autorité parentale, il faut un lieu. Cette évidence est remise en question pour les pères qui se retrouvent sans-abri et qui ne peuvent plus accueillir leur famille et partager un quotidien avec leurs enfants.

L’association Béthel hébergement, où sont logés plus de 70 hommes, de tous les âges, a profité de travaux de rénovation dans le CHRSCHRSCentre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale pour construire un appartement parental adjacent. Pour que ce projet corresponde au mieux aux besoins des pères résidents, Jean- Matthieu Roupain, éducateur spécialisé, a organisé des groupes de rencontre avec des professionnels du secteur, des personnes hébergées et des membres du CHRSCHRSCentre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale. C’était en 2008, et depuis le carnet de réservation de ce deux pièces se remplit facilement. Avec une caution de 50 euros et au tarif de 20 euros par week-end, les pères disposent d’un espace privilégié pour reconstruire une vie de famille. « Nous préparons ce moment en amont avec les pères pour voir s’ils pourront vivre ces quelques jours avec leurs enfants, suivre à nouveau leur rythme de vie et respecter les règles de gestion du logement », explique Jean-Matthieu Roupain qui précise que les pères doivent obligatoirement avoir le droit de garde de leurs enfants et en donner une preuve écrite à l’équipe du CHRSCHRSCentre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale.

VIVRE EN CHRSCHRSCentre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale, UNE ÉTAPE
La proximité de l’appartement parental et du CHRSCHRSCentre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale est à la fois un avantage et un inconvénient. Les enfants doivent emprunter la même entrée que les personnes hébergées et sont confrontés à une réalité qu’ils ignoraient parfois. « Certains pères sont freinés par le fait de montrer où ils habitent à leurs enfants. Mais une fois qu’ils ont passé ce cap, ils voient très vite à quel point c’est bénéfique, pour eux, et pour leurs enfants. Cet outil permet de raccrocher les wagons… », dit Jean-Matthieu.
En cinq ans, l’éducateur spécialisé a connu des situations familiales très diverses et a remarqué que ce logement très temporaire pouvait être encore plus utile que prévu. En effet, si certains couples se séparent, ce n’est pas forcément parce qu’ils ne s’entendent plus. Parfois le manque de logement ne permet plus, tout simplement, de rester ensemble. Dans ces cas-là, l’appartement de Béthel sert de foyer familial, pour les enfants mais aussi pour leur mère qui peut venir y séjourner avec eux et retrouver un lien avec son partenaire et le père de ses enfants. D’autres fois, la mère des enfants, vient juste visiter le CHRSCHRSCentre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale et l’appartement parental pour être rassurée quand, le week-end suivant, le père les recevra tout seul.

UN ESPACE PARTAGÉ AVEC D'AUTRES STRUCTURES
Posséder un appartement parental est un « plus » que proposent peu de CHRSCHRSCentre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale, faute d’espace ou de moyens financiers. Le SIAOSIAOServices Intégrés d'Accueil et d'Orientation du département oriente d’ailleurs certains hommes vers Béthel en sachant que ceux-ci, pères d’un ou plusieurs enfants, pourront les accueillir là-bas s’ils le souhaitent. « Lorsque nous avons mis ce projet en place, nous sommes allés rencontrer les autres associations de la région pour voir si elles souhaitaient être partenaires. L’Abej de Lille et le CHRSCHRSCentre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale Regain ont accepté, les hommes hébergés dans ces deux structures viennent depuis séjourner dans l’appartement parental de Béthel », ajoute Jean-Matthieu, qui admet que ce partenariat permet d’optimiser sa fréquentation.


Céline Figuière

Imprimer

Connectez-vous à votre compte