• Accueil
  • Participation des personnes accueillies
  • La participation dans la fédération

Position participation

CONTEXTE

« Ce qui est fait pour moi sans moi, est fait contre moi. » Nelson Mandela

La participation des personnes accueillies/accompagnées, c’est quoi ?

« La participation citoyenne reconnait la contribution, sur un pied d’égalité, de toutes les parties prenantes aux processus décisionnels. Elle part des expériences individuelles pour construire une parole, un projet collectif et commun. Les participants doivent être informés du cadre et des enjeux de ce à quoi ils sont associés et en connaître ensuite les résultats justifiés. La participation est une forme d’expression de la démocratie, un outil de lutte contre l’exclusion. Elle renforce la citoyenneté de tous. » Projet PEPA - Partenariat eruropéen pour une participation active - novembre 2012.

Un peu d’histoire

Dans les années 1970, Paulo Freire, éducateur brésilien, développe des actions d’alphabétisation auprès des populations pauvres et marginalisées. Ces personnes ont montré qu’en dépit de leur situation de pauvreté, elles étaient capables, à partir du moment où on leur en donnait les moyens, de comprendre leur situation de pauvreté et de l’analyser d’un œil critique, afin d’agir collectivement pour améliorer leurs conditions de vie. Les travaux de Freire ont largement contribué à alimenter le mouvement en faveur de la participation des personnes pauvres.

Ce processus s’est peu à peu développé. En France, depuis les années 1980, des textes législatifs encouragent la mise en œuvre de la participation.

Pour le secteur de l’hébergement la loi 2002/02 a posé le principe de la participation dans les établissements sociaux et médicaux sociaux en précisant les modalités de mise en œuvre.

Les objectifs et apports de la participation

La participation des personnes directement concernées par les situations de précarité ou de pauvreté, vise à ce que chacun puisse totalement :

  • se sentir et redevenir citoyen par la restauration du pouvoir d’agir ;
  • contribuer au changement pour faire évoluer la société ;
  • acquérir de nouvelles compétences et valoriser son expérience ;
  • être écouté et entendu d’égal à égal.

La participation est un processus qui va de la simple information jusqu’aux pratiques de co-décision. Il est fondamental que les personnes sachent à quel niveau elles participent et à quoi vont servir leurs contributions.

Au regard des différentes actions et expériences menées, cette démarche apporte un triple bénéfice :

  • une meilleure efficacité des projets et politiques publiques ;
  • une meilleure efficacité du travail au quotidien des travailleurs sociaux ;
  • une plus-value pour les personnes elles-mêmes.

POSITIONNEMENT DE LA FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité

La FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité considère que la participation des personnes accueillies/accompagnées constitue un principe incontournable pour élaborer et mettre en œuvre des projets et des politiques adaptées et efficaces.

La participation doit faire l’objet d’une impulsion politique forte, stable et pérenne. Elle ne se décrète pas, elle se construit pas à pas, avec des méthodes adaptées prenant en compte l’ensemble des personnes. C’est un processus permanent qui nécessite des moyens solides et une évaluation permanente de ses impacts. 

La participation des personnes en situation de précarité nécessite une animation professionnelle, capable de mobiliser les personnes concernées et de leur donner l’envie de poursuivre leur implication.

Le collectif au service de la participation

La clef de voûte de la réussite est de passer d’une parole individuelle à une parole collective, en mettant en place des groupes de réflexions et d’échanges. Chacun peut ainsi apporter son expertise à partir de ses expériences personnelles. Ces expériences sont débattues au sein du groupe, ce qui permet de construire une parole collective. Ces groupes sont constitués de personnes accueillies et accompagnées mais aussi d’intervenants sociaux, responsables d’associations… Cette méthode permet de construire une réflexion politique qui dépasse le simple témoignage de vie.

ACTION DE LA FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité

Sur le terrain, si de multiples initiatives ont été prises en matière de participation, celles-ci restent fortement dispersées ; nous sommes encore loin d’un "réflexe" systématique de recours à la participation, que ce soit du côté des pouvoirs publics ou des associations. Les réticences et les résistances existent !

La FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité en lien avec les personnes accueillies/accompagnées relève ce défi et accompagne ce processus au niveau national et régional.

Elle élabore des outils (voir ci-dessous) et développe des actions de formations ouvertes à tous les acteurs du réseau : personnes accueillies/accompagnées, administrateurs, salariés.

Elle associe les personnes accompagnées à l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation de ses journées thématiques et congrès, ainsi qu’aux supports de communication.

Elle contribue à la démarche de construction et d’analyse des politiques publiques, avec les personnes.

Instances et conseils consultatifs

Le conseil consultatif des personnes accueillies et accompagnées (CCPA) mis en place en 2010 se décline en région. Cette démarche est aujourd’hui accompagnée par 14 FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité régionales.

Le conseil d’administration de la fédération ainsi que les conseils d’administration en région développent au fur et à mesure des collèges personnes accueillies/accompagnées au sein de leurs instances de gouvernance.

BOÎTE À OUTILS 

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte