[CP] 25 novembre : Journée internationale pour l'élimination de la violence à l’encontre des femmes

 

FAS FNSF

A l'occasion du 25 novembre
Journée internationale pour l'élimination de la violence à l’encontre des femmes

Face à l’ampleur des violences, renforcer et développer les mesures de protection pour les femmes

Chaque jour, nos associations accueillent et accompagnent des milliers de femmes aux parcours de vie et problématiques complexes. A l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, la Fédération des acteurs de la solidarité et la Fédération Nationale Solidarité Femmes souhaitent réaffirmer leur détermination commune à améliorer et renforcer l’accompagnement des femmes victimes de violences.

Un grand nombre de femmes se retrouvent à la rue ou dans une situation d’hébergement précaire suite aux violences qu’elles ont subies, notamment de la part de leur conjoint. Parallèlement, les femmes vivant à la rue ou en situation de mal-logement subissent massivement des violences, comme l’a démontré une étude de 2012 menée par l’Observatoire du Samusocial de Paris. Par ailleurs, les femmes en situation d’exil sont particulièrement exposées aux violences, notamment sexuelles, aux traitements inhumains et dégradants.

Ces parcours jalonnés de violence ont des conséquences sur la santé physique et psychique de ces femmes, mais également sur leurs trajectoires sociales, professionnelles et familiales et appellent de ce fait des réponses immédiates, globales et durables leur permettant de se reconstruire.

Face à la saturation des dispositifs de la veille sociale, de l’hébergement et du dispositif national d’accueil des demandeurs d’asile ; face aux coupes budgétaires drastiques que subissent les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (57 millions d’euros d’économies sur quatre ans), face au constat d’un abandon de toutes ces femmes aux parcours dévastateurs, la Fédération Nationale Solidarité Femmes et la Fédération des acteurs de la solidarité demandent :

*La création de places d’hébergement dédiées aux femmes victimes de violencespermettant leur mise en sécurité immédiate et un accompagnement adapté à adosser préférentiellement aux accueils de jour et lieux d’accueils spécialisés,

*L’adaptation et le renforcement des dispositifs de la veille sociale (maraudes, accueils de jour et 115) et de l’hébergement, afin de permettre une prise en charge continue et inconditionnelle, qui passe notamment par le renforcement du nombre de places en Centre d’hébergement et de réinsertion sociale dans des associations ou structures spécialisées, permettant un accompagnement adapté.Le respect de l’inconditionnalité de l’accueil, seule garantie de pouvoir accueillir, protéger et accompagner toutes les femmes victimes de violences, sans discriminations et indépendamment de leur situation psychique, familiale, administrative ou de leur nationalité,

*L’adaptation du dispositif national d’accueil des demandeurs et demandeuses d’asile aux violences subies par les femmes en demande de protection, notamment à l’égard des victimes de traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle et par le travail, pour une orientation et un accompagnement adaptés en lien avec les acteurs spécialisés,

*L’amélioration de l’accès des femmes victimes de violences à un titre de séjour, qui reste encore aujourd’hui très complexe et nuit à la protection de ces femmes vis-à-vis de leur conjoint violent. Ce qui les maintient dans la précarité et la dépendance vis-à-vis de leur conjoint,

*Une meilleure protection et un meilleur accompagnement des enfants covictimes ou exposés aux violences,

*La coordination et la formation de tous les acteurs publics et associatifs en lien avec les femmes victimes de violences.

 

Contacts presse :
Fédération des acteurs de la solidarité
Audrey-Jane Baldi --
☎ 01 48 01 82 06 / 06 17 80 03 52
 
Fédération Nationale Solidarité Femmes
01.40.33.80.90 - 06.64.43.10.13

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte