[CP] Pour un accueil digne et fraternel au pays des droits de l'homme

 

Communiqué de presse
Fédération des acteurs de la solidarité Ile-de-France
Paris, le 2 mai 2018

Au moment où des acteurs de la lutte contre l’exclusion à Paris sont sollicités par les services de l’Etat pour ouvrir des gymnases et autres salles communes en prévision du démantèlement des campements de migrants de la Porte de la Villette et du canal St Martin, les associations entendent en appeler à la dignité du traitement de leur situation.

 

Aujourd'hui, à Paris, ce sont plus de 2000 personnes qui vivent dans ces campements, dont un grand nombre de demandeurs d’asile qui, faute de solution adaptée, sont contraintes de survivre dans des conditions inacceptables.

La future opération d’évacuation de campements urbains résulte une fois de plus de l'insuffisance de moyens d'accueil dignes et pérennes à la hauteur des besoins, pourtant prévisibles. Dans ce cadre, la réponse des pouvoirs publics est une systématisation du recours aux salles collectives temporaires qui précarisent les personnes et ne sont pas conformes à la dignité de l’accueil.

Cette insuffisance quantitative est de plus doublée de réductions budgétaires sur l’hébergement et la veille sociale, imposées aux associations qui oeuvrent en faveur de l’accueil des plus exclus.

Nous nous interrogeons quant au devenir de ces personnes, poussées à la fuite puis à la clandestinité.

Ceci les conduit inexorablement à la plus profonde détresse, à l'isolement, à l'altération de leur santé et à une réelle mise en danger.

Il nous semble indispensable de rappeler que l’Etat doit appliquer les principes inscrits dans la Loi (CASF et CESEDA). Ces principes stipulent que toute personne en situation de détresse, quels que soient son âge, son sexe ou encore sa situation administrative, doit pouvoir, de manière inconditionnelle, accéder à un hébergement digne et bénéficier d’un accompagnement social adapté, et se voir proposer des solutions d’hébergement ou de logement adaptées.

Il apparaît clairement aujourd'hui que les évacuations de campement vont se succéder, semaine après semaine, ici ou ailleurs, sans que les associations ne soient associées en amont à l’élaboration des solutions dans le cadre d’un pilotage partagé et ne disposent des moyens nécessaires pour héberger et accompagner les personnes dans la durée.

Nous, associations et collectifs signataires de ce texte, sommes convaincus qu'une alternative est possible et réaliste. C'est pourquoi :

  • Nous appelons à une prise de conscience quant au manque d’humanité de l'accueil fait à ces personnes.
  • Nous appelons à un discours positif à l'égard de ces personnes, qui ne représentent en aucun cas un danger, mais qui sont des êtres humains sollicitant la protection de la France.
  • Nous demandons l’accès à la procédure d’asile et aux conditions matérielles d’accueil digne pour toutes les personnes qui le souhaitent, en préparant dès à présent leur intégration (droit au travail, apprentissage du français…). L’intégration des personnes migrantes est unerichesse, qui contribuera au développement du bien commun.
  • Nous appelons au respect par l’Etat de ses obligations en matière d’hébergement d’urgence et d’accompagnement des personnes en situation de vulnérabilité.
  • Nous demandons en tant qu’acteurs impliqués depuis plusieurs années dans l’accompagnement des personnes à la rue, à être associés aux recherches de solutions dignes et anticipées des situations de campements.
Associations signataires :

Aurore
Association des Cités du Secours Catholique
CASP, Centre d’Action Sociale Protestant
Emmaüs Solidarité
Espérer 95
Fédération des acteurs de la solidarité Ile-de-
France
Fondation Armée du Salut
France Terre d’Asile
Hôtel Social 93
Interlogement 93
La Main Tendue
Médecins du Monde
La Rose des Vents
Le SamuSocial de Paris
Le Secours Islamique
Solidarité Jean Merlin

Contact :

Arthur ANANE 06.33.14.55 et Isabelle MEDOU-MARERE 06.80.25.75.09

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte