Baromètre 115 - Hausse inquiétante des jeunes sans-abri

 

La Fédération des acteurs de la solidarité (anciennement F.N.A.R.S.) publie aujourd’hui les résultats du baromètre 115 qui étudie les demandes et les réponses du numéro d’urgence durant le mois de novembre 2016 dans les 45 départements de l’échantillon.

Avec 12 846 personnes jamais hébergées en novembre, en augmentation de 12 % sur un an, ce sont 53 % des appelants au 115 qui n’ont pas obtenu de solution d’hébergement. L’ouverture trop tardive des hébergements, en nombre insuffisant, et l’absence de sortie vers le logement expliquent cette situation critique dans un grand nombre de métropoles.

Situation très critique des jeunes à la rue 

Sans RSA avant leurs 25 ans, les jeunes sans emploi et en rupture familiale sont parmi les plus touchés par la situation économique actuelle et certains d’entre eux, de plus en plus nombreux, n’ont d’autre recours que d’appeler le 115 pour trouver un toit.

Le baromètre 115 montre que les jeunes de moins de 25 ans concernés par une demande d’hébergement ont même augmenté de 11% depuis le mois de novembre 2015. S’ils ne représentent que 16 % des appelants au 115, ce public particulièrement fragile et vulnérable est en voie de paupérisation. Parmi les jeunes isolés qui sollicitent le 115, seul un sur deux arrive à obtenir une place d’hébergement.

Renforcer l’hébergement et l’accès direct au logement

La saturation du parc d’hébergement pour l’ensemble du public est manifeste dans plusieurs départements et à Paris où le nombre de demandes restées sans solution a augmenté de 61%, faute de places disponibles dans les hôtels et les centres d’hébergements d’urgence de la capitale alors que les appels au 115 augmentent. Pour répondre à ces situations d’urgence immédiate, la Fédération demande au gouvernement de mobiliser toutes les places disponibles sur les territoires pour héberger les sans-abri sans attendre les grands froids. L’Etat doit également s’engager à ce qu’aucune personne ne soit remise à la rue au printemps comme c’est malheureusement le cas chaque année. Pour mettre un terme à cette crise humanitaire, la Fédération demande l’adoption d’un plan de mobilisation national pour l’accès au logement des personnes sans domicile, conjuguant un accroissement significatif de la production de logements véritablement accessibles aux plus démunis et un accompagnement adapté aux besoins des personnes.

Enfin, pour les jeunes, l’absence de ressources constitue l’un des principaux freins à l’accès direct au logement. C’est pourquoi la Fédération demande un accès aux minima sociaux dès 18 ans pour tous les jeunes sans ressources et sans soutien familial.

Télécharger le baromètre 115 du mois de novembre 2016...

Contact presse : Céline Figuière - 01 48 01 82 06 / 06 16 85 95 09 -

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte