Précarité et santé mentale

Les intervenants sociaux et responsables d'établissement témoignent de façon de plus en plus prégnante de leur dénuement face à l'accompagnement de personnes souffrant de troubles psychiatriques de plus en plus repérés dans les établissements sociaux. Face à ce constat, la FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité a fait le choix d'apporter une attention toute particulière à la question des liens entre le secteur de l'action sociale et celui de la psychiatrie.

A l'origine de ces difficultés, c'est tout d'abord la méconnaissance des intervenants sociaux par rapport à ce public qui a été mise en évidence. Afin de répondre à des situations de crises, des modes de gestion se sont mis en place, répondant le plus souvent à des bricolages informels. Or ces difficultés semblent accrues par le cloisonnement entre le secteur social et celui de la psychiatrie tant au niveau de la pratique (absence de langage commun) que de liens fonctionnels (peu de partenariats mis en place).


Ces besoins ont été repérés par la FNARSFNARSAncien nom de la Fédération des acteurs de la solidarité lors des journées d'étude régionales ou nationales, des formations « la santé, un levier pour l'insertion », de réunions d'échanges de pratiques entre professionnels, etc. Le groupe d'appui national Santé a donc souhaité faire de cette question une de ses priorités pour les années à venir avec pour objectif de permettre l'inclusion dans la communauté et l'accès au droit commun des personnes souffrants de troubles psychiatriques.


A termes, l'objectif est d'améliorer la prise en charge des personnes précaires atteintes de troubles psychiatriques en permettant d'instaurer un dialogue, et donc de développer un partenariat, entre les professionnels de l'action sociale et de la psychiatrie.


Pour ce faire, un comité de pilotage s'étant réuni à deux reprises depuis le mois de juin 2009 a fait le choix :


- De réaliser, en 2010, un guide pratique à destination des professionnels de l'action sociale et de la psychiatrie qui comportera 4 axes principaux :

1 - Des éléments de compréhension et des éclairages sur la terminologie en ce qui concerne tant le secteur de la psychiatrie que celui du secteur social.

2 - Des thématiques particulières en lien avec la santé mentale (habitat et santé mentale, emploi et santé mentale, personnes placées sous main de justice et santé mentale, etc.).

3 - Une présentation des dispositifs / réseaux existants à valoriser et décliner (les équipes mobiles psychiatrie précarité, les ateliers santé-ville, etc.).

4 - Une présentation de dispositifs innovants français et européens (réseaux santé mentale et précarité dans le Nord Pas de Calais, dispositif accès aux droits et précarité, etc.).


-  D'organiser une journée nationale « précarité et santé mentale » au mois de décembre 2010 qui rassemblera les professionnels (150 à 200 personnes) du secteur associatif, des institutions nationales et territoriales, du secteur médical. Le lancement de la diffusion du guide se fera à cette occasion.


- De mettre en place des formations croisées à destination des professionnels de l'action sociale et de la psychiatrie en 2011.


Ce travail repose également sur un groupe de travail d'intervenants sociaux et de la psychiatrie de terrain que nous avons sollicité au mois de septembre et solliciterons à nouveau si besoin.


Lise Fender -

 

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte