Les réseaux de l’IAE se mobilisent pour la formation des salariés en insertion

Malgré des signaux encourageants de Pôle emploi et des partenaires sociaux, l’accès à la formation des salariés en insertion reste très difficile et clairement insuffisant. Les réseaux de l’IAE interpellent donc le gouvernement pour lever ces blocages, en reconnaissant légalement la mission de formation des salariés en insertion aux structures IAE, en prévision du plan national de montée en compétence des demandeurs d’emploi.

Depuis la réforme de la formation professionnelle en 2014, la Fédération et ses partenaires ont obtenu l’accès d’une large partie des salariés en insertion à des dispositifs de formation (période de professionnalisation, préparation opérationnelle à l’emploi), des abondements pour le compte personnel de formation des demandeurs d’emploi et des salariés peu qualifiés, l’accord de Pôle emploi pour intervenir en subsidiarité des OPCA afin de financer les formations, et même une enveloppe spécifique du fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels pour le secteur. Dans le même temps, le nombre de demandeurs d’emploi formés a considérablement augmenté, sous l’effet des plans gouvernementaux et en particulier du plan dit 500 000 formations. Pourtant, l’accès à la formation des salariés en insertion reste compliqué et surtout, trop rare. Certaines avancées sont en effet inapplicables à ce jour, le plus souvent en raison d’une coordination inéfficace entre les financeurs de la formation professionnelle, quand les financements spécifiques restent trop faibles eu égard aux besoins et au nombre de salariés en insertion (plus de 130 000 personnes par an).

Dans un pays où le chômage est largement un chômage de personnes insuffisamment qualifiées, ne pas permettre aux salariés en insertion de se former est un échec autant qu’une frustration. Ces salariés en insertion sont en effet très souvent peu qualifiés, et donc ont particulièrement besoin de se former. Les structures qui les emploient savent quant à elles les accompagner à l’élaboration d’un projet professionnel et articuler une situation de travail et d’emploi avec une formation ; elles ont donc la capacité de rendre la formation efficace. L’Insertion par l’activité économique doit en conséquence être ce qu’elle n’est pas aujourd’hui : un outil majeur des politiques de formation des personnes peu qualifiées. Et les salariés en insertion doivent pouvoir alors être formés et qualifiés.

La Fédération et 6 réseaux de l’IAE se sont associés pour porter ce message auprès du nouvel exécutif. Ils demandent à très court terme l’élaboration d’une ordonnance inscrivant dans la définition légale de l’IAE la mission de formation, afin de faire reconnaître par tous cet enjeu d’accès aux financements. A moyen terme, ils demandent que l’IAE soit l’un des instruments privilégiés du plan de montée en compétence des demandeurs d’emploi annoncé par le Président de la République lors de la campagne électorale, pour enfin donner aux salariés en insertion la possibilité de se former et d’améliorer leurs chances d’accès durable à l’emploi.

Téléchargez le communiqué de presse

Télécharger le document de plaidoyer

ImprimerE-mail

Connectez-vous à votre compte